Obtenez des conseils utiles, découvrez les meilleures pratiques et restez au courant des dernières nouvellesLe Blog Whistlelink

Où en sont les pays pour adopter la directive européenne sur le lancement d’alerte 

Transposing the EU Whistleblowing Directive.

La date limite de la directive européenne est arrivée ! Où en sont les pays dans l’adoption de la directive sur les lanceurs d’alerte ? Obtenez une mise à jour sur les lois nationales sur le lancement d’alerte ici.  

La directive européenne sur le lancement d’alerte (2019/1937) est entrée en vigueur le vendredi 17 décembre 2021. 

Qu’est-ce que ça veut dire ? 

C’est le jour où tous les États membres de l’UE devaient adopter la directive dans leur législation nationale. 

Et l’ont-ils fait ? 

Pas exactement. 

Voyons où en sont les pays dans la transposition en loi nationale la directive sur le lancement d’alerte. 

Dernière mise à jour : juin 2022 

L’Autriche 

Les discussions initiales avec les ministères et les États fédéraux ont abouti à un premier projet de loi interne, qui n’a pas encore été rendu public. Après un retard considérable, le projet de loi a été envoyé pour examen pendant six semaines, comme annoncé par le gouvernement fédéral début juin 2022. 

Un rapport d’étape conjoint publié par Transparency International et le Whistleblowing International Network en février 2021 a révélé que l’Autriche a fait des progrès minimes dans la transposition de la directive et que le processus n’a été ni transparent ni inclusif. 

Belgique 

Il y a eu peu ou pas d’évolution dans la mise en œuvre depuis l’été dernier (2021), mais récemment, la Belgique a enregistré des progrès dans la transposition de la directive européenne dans le droit national. Actuellement, le gouvernement fédéral élabore une législation spécifiquement pour le secteur privé. Cela couvrirait les alertes relatives à la fraude fiscale et sociale (mais sans mentionner la corruption). Un autre projet couvrant le secteur public pourrait être publié d’ici la fin du mois de mai. Cela suggère que la Belgique pourrait achever le processus législatif complet à un moment donné cet automne. 

Bulgarie 

Suite à une consultation publique sur un projet de loi sur les lanceurs d’alerte, le ministère de la Justice a publié les avis soumis. Divers aspects du cadre proposé ont été analysés, notamment : 

  • La protection devrait-elle être limitée aux violations du droit de l’Union ou élargie pour protéger les rapports sur des questions d’intérêt public ? La plupart sont favorables à l’inclusion de secteurs supplémentaires considérés comme à haut risque, de personnes signalant des actions jugées illégales dans la législation nationale et d’informations d’intérêt public. 
  • Quelles institutions devraient maintenir des canaux de lancement d’alerte externes. Les avis sont partagés sur la question de savoir s’il devrait y avoir une seule autorité centralisée ou plusieurs organismes nommés.  
  • Si les organisations privées de moins de 50 employés devraient être obligées de maintenir des canaux de signalement. 
  • Si le signalement anonyme doit être accepté et dans quelles conditions. C’est une opinion fortement partagée en Bulgarie et la question suscite débat. 
  • Les raisons d’accepter des signalements anonymes incluent le manque de confiance dans les autorités publiques, ainsi que la crainte de représailles. D’un autre côté, les craintes que le système puisse être abusé par ceux qui ont des motifs de mauvaise foi sont considérées comme des raisons de ne pas le faire. 

Croatie

Une nouvelle loi sur la protection des lanceurs d’alerte a été adoptée, faisant de la Croatie le neuvième pays à adopter une loi nationale sur le lancement d’alerte. La « loi sur la protection des signaleurs d’irrégularités » a été publiée le 15 avril et est entrée en vigueur le 23 avril. Bien que la Croatie dispose d’une loi sur les lanceurs d’alerte depuis 2019, des modifications importantes ont été nécessaires pour se conformer à la norme minimale de la directive européenne sur les lanceurs d’alerte.  

Chypre

Le 22 janvier 2022, le Parlement chypriote a adopté une nouvelle loi nationale sur la protection des lanceurs d’alerte intitulée ; ‘La protection des personnes signalant des infractions au droit de l’Union et à la loi nationale de 2022’. 

La nouvelle loi concerne principalement les violations qui pourraient nuire à autrui ou nuire à l’environnement. Elle couvre également les tiers liés à cette personne qui pourraient subir des représailles. 

Elle oblige les organisations à mettre en place des canaux et des processus de signalement internes qui préservent l’anonymat du lanceur d’alerte. Il deviendra une infraction pénale d’empêcher quelqu’un de faire un signalement, d’exercer des représailles contre un lanceur d’alerte ou d’essayer de supprimer la protection de l’anonymat du lanceur d’alerte. 

Tchéquie

Le projet de loi tchèque sur la transposition n’a pas été adopté à temps en raison des élections et doit encore être soumis à nouveau au Parlement. On s’attend à ce que le projet de loi ressemble à celui présenté précédemment, qui comprend des obligations pour les entreprises de plus de 25 employés et les municipalités de plus de 5 000 habitants de mettre en œuvre une solution de lancement d’alerte d’ici la fin mai 2022. Cela va au-delà des exigences minimales de la directive. 

Danemark

Le premier pays à transposer la directive en droit national. La nouvelle loi sur la protection des lanceurs d’alerte, appelée « Lov om beskyttelse af Whistleblowere », a été adoptée en juin 2021 et est maintenant entrée en vigueur (17 décembre 2021).

La loi danoise étend le champ d’application de la directive au-delà des signalements d’infractions à une certaine législation de l’UE, elle inclut également la législation danoise. Et les rapports de nature grave tels que le harcèlement sexuel ou d’autres conflits personnels graves au travail. Il n’inclut cependant pas la protection des rapports relatifs à la sécurité nationale ou aux informations médicales couvertes par la loi sur la santé. 

Estonie 

Un nouveau projet de loi sur la protection des lanceurs d’alerte a été approuvé par le gouvernement estonien. Le projet de loi a été envoyé au Parlement où il a passé sa première lecture. On estime que la nouvelle loi entrera en vigueur en juin 2022. 

Finlande 

La consultation publique sur le projet de loi du gouvernement s’est clôturée en août 2021 et le projet de proposition devait initialement être présenté au Parlement en septembre 2021. Suite aux commentaires sur le projet de loi du gouvernement, le groupe de travail chargé de préparer la législation finlandaise a retardé à deux reprises lors de la mise en œuvre des modifications apportées au projet. 

France

Le Parlement français a adopté le 22 février une nouvelle législation – Loi n° 2022-401 visant à améliorer la protection des lanceurs d’alerte, également appelée loi Wasermann. La nouvelle loi va au-delà de la loi française Sapin 2 et les exigences minimales de la directive européenne. Y compris les sanctions et la responsabilité personnelle si les organisations ne se conforment pas. 

Pour en savoir plus, lisez cet article sur la nouvelle loi française. 

Allemagne

Suite au rejet du projet initialement présenté en décembre 2020 par le parti CDU/CSU, un projet de loi serait en cours d’élaboration en Allemagne. Cela était dû aux propositions du projet allant au-delà des exigences minimales de l’UE. 

Le futur gouvernement allemand a déclaré son engagement à une transposition responsable de la directive européenne sur le lancement d’alerte, affirmant que l’objectif était « d’améliorer l’applicabilité des droits des lanceurs d’alerte ». Il est possible que des sanctions soient introduites si les organisations ne se conforment pas. 

Grèce 

L’introduction d’une nouvelle loi sur la protection des lanceurs d’alerte en Grèce a été retardée, les organisations de la société civile déclarant que les réformes juridiques nécessaires manquaient de transparence et d’inclusivité. Le ministère de la Justice n’a pas encore fourni d’informations sur le processus. 

Hongrie 

La Hongrie reste le seul État membre à ne pas avoir commencé la transposition de la directive. Les organisations de la société civile ont exprimé leurs inquiétudes quant au fait que la Hongrie est le seul pays de l’UE à ne prendre aucune mesure en vue de transposer la directive européenne sur le lancement d’alerte. 

Irlande

Un nouveau projet de loi sur la protection des lanceurs d’alerte a été publié en Irlande en février 2022. Le projet de loi 2022 sur les divulgations protégées (amendement) vise à transposer la directive européenne dans le droit national irlandais en modifiant la loi actuelle de 2014. 

Transparency International Ireland a fait part de ses inquiétudes quant au fait que certaines mesures pourraient en fait affaiblir les protections existantes pour les lanceurs d’alerte irlandais. Cela mettrait l’Irlande en infraction avec la directive qui stipule que la transposition de la directive ne devrait en aucun cas réduire le niveau de protection déjà accordé par les États membres. Le cadre juridique a bénéficié d’un délai d’examen plus long à la suite des recommandations du Comité des finances. 

Italie

Le 8 mai 2021, la loi du 22 avril 2021 n. 53 est entré en vigueur. Cette loi oblige le Gouvernement italien à adopter, conformément à l’art. 1 de la même disposition, les décrets législatifs de transposition des directives européennes et d’exécution des autres actes de l’Union européenne. 

Cela inclut la transposition de la directive européenne sur le lancement d’alerte. Cependant, fin novembre 2021, il est devenu officiel que l’Italie sera en retard dans son adoption. 

Transparency International Italie et le Good Lobby ont tenu une conférence de presse pour commenter le manque de transparence dans l’élaboration de la loi, et ont également appelé à un effort pour aller de l’avant avec plus d’inclusivité et d’ouverture dans les prochaines étapes. 

Lettonie 

Le 20 janvier 2022, la Lettonie a adopté une loi sur les lanceurs d’alerte dans le droit national. La « loi lettone sur les alertes » a reçu des éloges pour avoir inclus une protection spécifique pour les lanceurs d’alerte liés au climat. La Lettonie est un leader émergent sur les questions climatiques, comme le montre son ambitieux plan national pour l’énergie et le climat. Jusqu’à présent, la Lettonie est le seul pays à inclure explicitement des protections pour les lanceurs d’alerte qui apportent des preuves d’une crise climatique. La nouvelle loi élargit également le champ d’application de la directive afin de protéger non seulement les violations du droit de l’Union, mais également l’illégalité nationale et les comportements contraires à l’éthique. 

Lituanie 

« Seimas », le Parlement lituanien, a adopté une nouvelle loi sur le lancement d’alerte juste avant la date limite de l’UE du 16 décembre 2021. La nouvelle loi, qui modifie la loi n° XIII-804 sur la protection des lanceurs d’alerte, est entrée en vigueur le 15 février 2022. La Lituanie a opté pour des délais différents par rapport à la directive européenne. Le lanceur d’alerte reçoit une confirmation de la réception des informations dans les deux jours ouvrables et un retour d’information sur l’évolution de l’affaire doit être soumis au lanceur d’alerte au plus tard dans les 10 jours ouvrables. 

Luxembourg 

Le Luxembourg n’a pas respecté l’échéance de l’UE mais a depuis présenté un projet de loi sur la protection des lanceurs d’alerte au Parlement et aux médias. Ceci est actuellement examiné par des experts en protection des lanceurs d’alerte pour déterminer s’il est conforme aux exigences de la directive européenne ainsi qu’aux meilleures pratiques. Le projet de loi indique qu’il développera certaines des normes minimales énoncées dans la directive, y compris une protection allant au-delà des signalements d’infractions au droit de l’UE. 

Malte

Un nouveau projet de loi, intitulé «Protection of the Whistleblower (Amendment) Act 2021» (n° 249) a été publié sans consultation des parties prenantes ni du public. Le projet de loi propose des modifications et des extensions de la législation maltaise actuelle sur le lancement d’alerte (chapitre 527 de 2013), afin de s’assurer qu’elle est conforme aux normes minimales de la directive. 

Les modifications semblent respecter les exigences minimales de la directive concernant un cadre législatif amélioré qui protège le lanceur d’alerte. Le projet de loi met fortement l’accent sur la confidentialité et la protection des données, qui doivent être conformes au RGPD et au chapitre 586 de Malte. 

Pologne 

Le premier projet de proposition a été présenté en octobre 2021. Une version préliminaire a été publiée en avril, à la suite de consultations publiques qui comprenaient plus de 800 pages de remarques sur le premier projet. La version mise à jour comprend des changements tels que l’extension de la protection aux travailleurs temporaires ou aux stagiaires, la suppression de la pseudo-anonymisation des cas et la réduction de la période de conservation des enregistrements de données de 5 ans à 12 mois après la fin du suivi du cas. 

Après la date d’annonce, la loi entrera en vigueur après deux mois. Les entités privées employant 250 personnes ou plus disposent alors d’un mois pour établir des canaux de signalement internes. 

La partie la plus controversée de la loi concerne les sanctions potentielles. La loi sur les lanceurs d’alerte en Pologne prévoit une peine pouvant aller jusqu’à 3 ans d’emprisonnement ou une restriction de liberté pour entrave au signalement, représailles contre un lanceur d’alerte, divulgation illégale de l’identité du lanceur d’alerte ou absence de procédure interne. 

Portugal 

La loi n° 93/2021 a été publiée le 20 décembre 2021, qui transpose la directive européenne sur le lancement d’alerte. 

Cette nouvelle loi fournit le cadre général de la protection des lanceurs d’alerte, notamment en exigeant des organisations qu’elles mettent en place des canaux de lancement d’alerte internes et qu’elles n’exercent pas de représailles contre les lanceurs d’alerte. Le non-respect du nouveau cadre juridique engage la responsabilité pour des infractions administratives. 

Dans certains cas, la loi va au-delà des normes minimales énoncées dans la législation de l’UE. Par exemple, il comprend non seulement les infractions au droit de l’Union, mais également les crimes violents et la criminalité hautement organisée, ainsi que les infractions visées à l’article 1, paragraphe 1, de la loi portugaise n° 5/2002 du 11. 

La nouvelle loi entrera en vigueur le 18 juin 2022, 180 jours après sa publication. 

Roumanie 

La Roumanie a été parmi les premiers États européens à avoir mis en place une législation sur le lancement d’alerte, la loi 571/2004 protégeant uniquement les divulgations liées au secteur public. 

Le gouvernement roumain a adopté un projet de loi sur la protection des lanceurs d’alerte et l’a soumis au Parlement en février 2022. La date limite pour la nouvelle loi était fixée au 31 mars 2022, mais cela semble retardé. La proposition étend les normes minimales requises par la directive. 

Le projet de loi suggère que l’Agence nationale pour l’intégrité, déjà en charge des rapports du secteur public, sera également l’autorité en charge du secteur privé, élargissant ainsi ses prérogatives. Le projet propose également que les rapports soient conservés pendant 5 ans. 

Slovaquie 

Le gouvernement slovaque a publié une proposition – Projet d’amendement à la loi. No 54/2019 qui est actuellement examiné par le gouvernement. La loi devait entrer en vigueur le 1er mai 2022, mais le processus a été retardé. 

Slovénie 

En décembre 2021, une proposition de loi sur la protection des lanceurs d’alerte a été publiée pour consultation des parties prenantes. Le 22 janvier 2022, Transparency International Slovénie a répondu à la proposition en indiquant que le projet de loi actuel devait être amélioré pour offrir une protection adéquate au plus large éventail possible de lanceurs d’alerte. 

Espagne 

L’Espagne accuse un retard dans le processus de transposition, mais un nouveau projet de loi sur le lancement d’alerte a été publié en mars 2022. Les ONG surveillant l’approche du gouvernement en matière de mise en œuvre ont critiqué le projet de loi et exprimé de sérieuses inquiétudes quant aux implications négatives qu’elles prévoient qu’il aura sur la liberté d’information et gouvernance démocratique en Espagne. Ils font pression pour que le projet de loi soit conforme aux normes minimales de la directive et respecte également les meilleurs principes internationaux pour une législation efficace en matière de lancement d’alerte. 

Suède 

Le deuxième État membre à adopter la directive en droit national. Le Parlement suédois a approuvé la proposition du gouvernement pour une nouvelle loi qui protège les personnes qui signalent une faute professionnelle, le 29 septembre 2021. 

La nouvelle loi sur le lancement d’alerte, «Lag (2021:890) om skydd för personer som rapporteurer om missförhållanden» («Visselblåsarlagen»), va au-delà des exigences minimales de la directive européenne. La protection des lanceurs d’alerte peut intervenir en cas de violation de « l’intérêt général », et pas seulement du droit de l’Union, et concerne les municipalités de moins de 10 000 habitants. 

Les organisations de plus de 249 employés devront mettre en place des canaux d’alertes internes d’ici le 17 juillet 2022. 

Pour en savoir plus > La Suède transpose la directive européenne sur le lancement d’alerte dans le droit national 

Les Pays-Bas 

Les Pays-Bas disposent déjà d’une législation relative au lancement d’alerte, la « House for Whistleblowers Act ». Celle-ci est donc modifiée pour la mettre en conformité avec les normes minimales de la directive européenne. Le nouveau projet de loi néerlandais, le «Whistleblowers Protection Act», a été publié le 1er octobre 2021 et est toujours en cours d’examen au parlement. 

L’ONG Transparency International Netherlands a déclaré que le gouvernement devait « accorder la priorité à la qualité plutôt qu’à l’urgence pour respecter le délai ». 

États membres restants

Pour obtenir plus de mises à jour sur tous les États membres, rendez-vous sur l’EU Whistleblowing Monitor

Pour plus d’informations sur la transposition dans votre région ou sur l’impact de la directive européenne sur le lancement d’alerte, veuillez nous contacter nous contacter et votre directeur de territoire local vous contactera bientôt. 

Vous souhaitez en savoir plus sur un service de lancement d’alerte et des canaux de signalement internes sécurisés ? Découvez-en plus sur la directive européenne sur le lancement d’alerte ici et sur Légifrance.

Vous recherchez une solution de lancement d’alerte sûre et sécurisée ? En savoir plus ici.

Souhaitez-vous discuter d’un système d’alerte pour votre organisation ?

Contactez-nous ou réservez une démo gratuite !

Si vous avez des idées sur cet article ou si vous souhaitez en savoir plus sur Whistlelink, nous serons ravis d’échanger avec vous.

Vous avez aimé cet article?
Faites passer le message

La directive de l'UE sur le lancement d'alertes expliquée

Iliesse Aichi, Whistlelink  Territory Manager, France

Plateforme Whistlelink
en Français

Essayez Whistlelink gratuitement pendant 1 mois

La nouvelle loi
sur le lancement d'alertes

WHISTLELINK BLOGQue lire ensuite...

Enquête interne sur une faute professionnelle présumée
Le lancement d’alerte dans le transport et la logistique 
6 conseils pour créer une bonne politique de lancement d’alerte 

HEUREUX DE VOUS RENCONTRER

Entrer en contact

Notre équipe se tient à votre disposition pour répondre à toute question. Trouvez des réponses dans notre centre d'assistance, ou remplissez le formulaire ci-dessous et nous vous répondrons le plus vite possible. Vous pouvez également nous appeler !

Parlez avec le Territory Manager
Iliesse Aïchi

+33 6 70 90 30 41