Obtenez des conseils utiles, découvrez les meilleures pratiques et restez au courant des dernières nouvellesLe Blog Whistlelink

6 conseils pour créer une bonne politique de lancement d’alerte 

créer une bonne politique de lancement d’alerte

Créer une bonne politique de lancement d’alerte: Aujourd’hui, la plupart des gens conviendraient que la création d’une politique de lancement d’alerte est un élément important des systèmes de contrôle interne, de l’éthique et de la conformité au sein d’une organisation.

La nouvelle directive européenne sur le lancement d’alerte et les lois nationales sur les lanceurs d’alerte qui ont suivi ont encore accéléré les progrès en définissant les exigences pour la mise en œuvre de canaux de lancement d’alerte sécurisés et anonymes.

L’objectif pour les entreprises est de créer une culture d’entreprise interne de confiance et d’encourager les employés à parler des problèmes existants au sein de l’organisation. 

6 conseils pour créer une bonne politique de lancement d’alerte 

  1. Communication et éducation claires pour tous les employés sur les directives et politiques éthiques 
  1. Informations sur les lanceurs d’alerte et les canaux de signalement 
  1. Un aperçu de la protection des lanceurs d’alerte par la loi 
  1. Un guide complet sur le processus d’alerte interne et les canaux de signalement 
  1. Exemples d’inconduite, qu’est-ce qu’un cas de lancement d’alerte et qu’est-ce qui ne l’est pas 
  1. Mentionnez les conséquences (mais évitez d’utiliser la tolérance zéro) 

1. La clé pour créer une bonne politique de lancement d’alerte est la communication 

Selon la loi, tous les lanceurs d’alerte doivent être protégés contre toute forme de représailles. Assurez-vous que toutes les personnes concernées, et pas seulement les employés, savent comment signaler une mauvaise conduite et savent qu’elles peuvent le faire de manière anonyme. Assurez-vous que tous les employés connaissent les valeurs de l’entreprise et reconnaissent les problèmes qui peuvent être propres à votre organisation. 

La politique de lancement d’alerte devrait également inclure une définition de ce qu’est un lanceur d’alerte. Une définition couramment utilisée est une personne (souvent, mais pas toujours, un employé), qui révèle des informations sur une mauvaise conduite ou des activités considérées comme illégales, immorales, illicites, dangereuses ou frauduleuses. 

2. Les informations doivent être fournies sur les canaux de signalement internes et externes. 

La directive européenne sur les lanceurs d’alerte exige que toutes les organisations de 50 employés ou plus mettent en place des canaux de signalement internes. Ces canaux devraient être le premier choix pour les signalements d’actes répréhensibles ou d’inconduite. En plus de ces canaux, les États membres sont également tenus de désigner des autorités qui maintiendront des canaux de signalement externes. 

3. Comment le lanceur d’alerte est-il protégé ? 

La directive sur les lanceurs d’alerte protège les personnes qui signalent une faute ainsi que toute personne ayant aidé le lanceur d’alerte de quelque manière que ce soit. Pour être protégé, le lanceur d’alerte doit avoir de bonnes raisons de croire que l’information était vraie et valide au moment du signalement. 

Vous pouvez en savoir plus sur la directive européenne sur les lanceur d’alerte ici. 

4. Décrire le processus de lancement d’alerte et les canaux de signalement 

La politique de lancement d’alerte doit décrire le fonctionnement des solutions de lancement d’alerte internes de l’organisation et la manière dont les signalements des lanceurs d’alerte seront gérés. 

i) Quels sont les canaux internes sécurisés ? 

Le signalement anonyme doit être rendu possible, de manière sécurisée. Est-il possible de déposer un signalement par téléphone, via une messagerie, lors d’une réunion physique ou via une plateforme en ligne ? Expliquez quelles sont les options et où trouver les différents canaux de signalement de l’organisation. 

ii) Qui recevra les rapports ? 

La politique de lancement d’alerte doit indiquer qui recevra le rapport, le suivi et indiquer qui peut avoir accès à l’information. Des informations sur le processus de lancement d’alerte et sur ce à quoi le lanceur d’alerte peut s’attendre après avoir soumis un signalement doivent également être incluses. Selon la directive européenne sur les lanceurs d’alerte, la personne qui soumet un signalement doit recevoir un accusé de réception dans les 7 jours et un retour d’information concernant l’affaire dans les trois mois, au plus tard. 

iii) À quel type de rétroaction pouvez-vous vous attendre ? 

Le lanceur d’alerte a toujours le droit de recevoir des commentaires sur le rapport, même s’il n’est pas possible de divulguer des détails sur l’enquête, par exemple en raison d’obstacles juridiques. La politique de lancement d’alerte peut inclure des exemples de commentaires appropriés, tels que contacter le lanceur d’alerte (de manière anonyme via le système de lancement d’alerte) et remercier pour le signalement. Vous pouvez également confirmer qu’une enquête a été menée et donner un bref compte rendu des résultats ou des mesures possibles. 

Si le lanceur d’alerte ne reçoit pas de mise à jour après le signalement, est-il facile de supposer que rien ne changera. En tant que tel, la probabilité qu’un lanceur d’alerte sonne à nouveau l’alarme à l’avenir est mince. 

5. Que peut-on aborder dans le système de lancement d’alerte ? 

Les cas évidents pour le système de lancement d’alerte sont des violations des lois nationales et syndicales. D’autres exemples incluent des cas graves d’inconduite ou des événements qui présentent un risque pour l’environnement ou pour la sécurité d’autrui, des événements qui peuvent avoir un impact négatif sur les finances de l’entreprise ou une conduite qui n’est pas conforme aux politiques éthiques de l’entreprise. 

Lire la suite : 7 exemples d’inconduite au travail 

Qu’est-ce qui n’est pas lancement d’alerte ? 

La politique de lancement d’alerte peut également inclure un rappel que les problèmes personnels (tels que la satisfaction au travail ou les griefs) ne sont pas destinés au système de lancement d’alerte. Ces problèmes peuvent être soulevés auprès de votre responsable ou du service des ressources humaines de l’entreprise. 

En savoir plus sur ce qui est et ce qui n’est pas un lancement d’alerte 

6. Éviter une politique de tolérance zéro 

Il est crucial d’avoir des politiques et des procédures en place. Ceci est particulièrement important lorsqu’il s’agit d’activités illégales, d’inconduites susceptibles de menacer les employés ou la sécurité publique, ou d’actes répréhensibles susceptibles de nuire à l’entreprise. 

Les conséquences d’une inconduite mineure ne doivent pas être perçues comme déraisonnablement graves, car elles peuvent dissuader les employés de signaler. Par conséquent, une bonne politique de lancement d’alerte devrait inclure des exemples spécifiques d’inconduite et les mesures disciplinaires qui peuvent en résulter. Les mesures doivent être précises et raisonnables. 

L’objectif de créer une bonne politique de lancement d’alerte 

Une politique de lancement d’alerte est une première étape dans la construction d’une culture d’entreprise positive basée sur la confiance et l’intégrité. Une bonne politique de lancement d’alerte devrait encourager un comportement éthique et constituer le fondement d’un processus transparent et équitable. Il doit être extrêmement clair où aller et quel type de problèmes vous pouvez résoudre dans le système de lancement d’alerte. La politique doit également contenir des références à la fois à la législation nationale et au code de conduite de l’entreprise ou à d’autres politiques éthiques. La création d’une bonne politique de lancement d’alerte est importante pour aider les employés à faire confiance au processus et ainsi se sentir en confiance pour lancer une alerte lorsqu’ils sont témoins d’actes répréhensibles. 

Lire la suite : Commencez avec le lancement d’alerte 

Vous souhaitez en savoir plus sur un service de lancement d’alerte et des canaux de signalement internes sécurisés ? Découvez-en plus sur la directive européenne sur le lancement d’alerte ici et sur Légifrance.

Vous recherchez une solution de lancement d’alerte sûre et sécurisée ? En savoir plus ici.

Souhaitez-vous discuter d’un système d’alerte pour votre organisation ?

Contactez-nous ou réservez une démo gratuite !

Si vous avez des idées sur cet article ou si vous souhaitez en savoir plus sur Whistlelink, nous serons ravis d’échanger avec vous.

Vous avez aimé cet article?
Faites passer le message

La directive de l'UE sur le lancement d'alertes expliquée

Iliesse Aichi, Whistlelink  Territory Manager, France

Plateforme Whistlelink
en Français

Essayez Whistlelink gratuitement pendant 1 mois

La nouvelle loi
sur le lancement d'alertes

WHISTLELINK BLOGQue lire ensuite...

ISO 37002:2021 Systèmes de gestion des lancements d’alerte 
Enquête interne sur une faute professionnelle présumée
Le lancement d’alerte dans le transport et la logistique 

HEUREUX DE VOUS RENCONTRER

Entrer en contact

Notre équipe se tient à votre disposition pour répondre à toute question. Trouvez des réponses dans notre centre d'assistance, ou remplissez le formulaire ci-dessous et nous vous répondrons le plus vite possible. Vous pouvez également nous appeler !

Parlez avec le Territory Manager
Iliesse Aïchi

+33 6 70 90 30 41